Quelques mots de l'auteur

 

 

 

 

Un jour, j’ai rencontré un acteur dont le talent m’a donné envie d’écrire une pièce de théâtre. Mon format initial étant plutôt la nouvelle, il m’a fallu un peu de temps pour aiguiser mon écriture.

 

Enceinte de quelques mois au début de l’écriture,  je suis partie sur l’idée de rondeur….Ainsi,  l’idée de « cercle » est constante tout au long de la pièce. La construction peut paraitre  déroutante : titre,  redondance de certaines répliques,  de certaines scènes,  de certains gestes,  rythme répétitif de la musique, les images d’enceinte (parallèle entre le mur et l’état de maternité refusé par le personnage de  Lise)…A la fois,  la même scène et pourtant différente…

 

Le thème de l’asile me trottait dans la tête pour plusieurs raisons. Ce terme  renvoie à différentes acceptations : lieu de refuge,  lieu d’accueil des jeunes enfants autrefois,  lieu de retraite,  lieu d’hospitalisation évidemment et  lieu symbolique pour évoquer la « scène de nos vies »… La symbolique me semblait riche à explorer.  Les  trois personnages évoluent donc dans ce bout de parc abandonné au sein d’un asile, trait d’union entre un monde fermé et le monde extérieur.

 

Bien que l’action se situe dans un établissement psychiatrique, « Spirales »  n’est pas du tout un  documentaire théâtral sur la maladie mentale. Ce serait passer à côté de l’histoire et réduire les trois personnages à de simples désaxés. Léa, Lise et Morgan portent leur fragilité, exaltent leurs déchirures, s’abiment dans leur errances, tourmentés par leurs questions : qui suis-je, quel est mon libre-choix, qui est mon amour idéal. Des questions intimes que nous nous sommes peut-être déjà posé…

 

Dès l’écriture, j’ai imaginé des déplacements quasi-chorégraphiés.  Ils  tracent au sol la relation qui se tisse entre les trois personnages. La danse, présente dans le discours du personnage de  Lise,  est  la métaphore de notre façon d’agir dans la vie.  Les séquences semi-dansées ne servent ni un effet esthétique ni un effet original gratuits : Soustraire les mots par le geste vise la même efficacité que des répliques supplémentaires.  Mon expérience de danseuse n’est pas étrangère à cet élément important de mise en scène.

 

J’ai rêvé une pièce intense, au texte travaillé, sous-tendue par des émotions exaltées, par une sensualité latente, mue par le jeu des corps et le cache-cache des mots.  Une histoire qui laisse une trace en chacun de nous,  comme la marque d’une gifle sur la joue, une fois le rideau tombé.  Comme si nous reconnaissions  tous  en nous un peu de « Léa », de « Lise »,  de « Morgan » et  pourquoi pas, de « Elisa » …

 

Alourdis par les mystères de notre  passé, comment aurions-nous réagit  à leur place ?

 

Isabel Schneider

 

 

 

Cliquez sur les photos et entrez dans l'univers de "Spirales"

 

                                                          .

  

 

 

 

 

 

 

Découvrez les 3 questions

 

 

 

    

   Présentation des comédiens           Témoignages des spectateurs

 

  

 

                 

    Extrait du texte                                        Photos                                                 Vidéos (pièce en 3 parties)

Réagir


  • CAPTCHA

Restons en contact

  • Recevez les actualités de la Compagnie : une façon simple de nous soutenir !



RENCONTREZ l'association la Danse des Mots

DECOUVREZ l'équipe

Théâtre à domicile / SCENES INSOLITES

THEATRE DANSE par Isabel

THEATRE à DEUX VOIX par Magali et Dominique

SEUL en SCENE par Guy

Spectacle Jeune Public par Le Goût du Récit

ATELIERS - COURS d'initiation

RESERVEZ !

PIECE de THEATRE fondatrice de la Cie

PAIEMENT en ligne sécurisé

DECOUVERTES - Osez la curiosité !

Laissez-nous un p'tit mot après un spectacle :)

  • Derniers messages :

  • Après avoir vu le spectacle "Pink : d'amour et de roses" : Coup de coeur spécial pour les séquences en langue des signes dansée. Tellement gracieuses et signifiantes. Bravo à vous pour cette belle cré...

    par sonia fiquet
  • Magnifique spectacle de Guy Chouraki sur le thème du voyage. Un grand merci à lui et Laetitia pour ce moment d'émotion qui a captivé un public dont la plus jeune (11 ans) n'etait pas la moins fascinée...

    par christine Fassert
  • Je pense qu'il faut tirer notre chapeau à Isabel qui a à force de persévérance a donné vie à cette compagnie. Elle redonne tout son sens au mot "amateur": celui qui aime ce qu'il fait....

    par Olivier S.
  • Aller sur le livre d'or →